• Grand établissement thermal de Vichy : histoire de la détoxication à Vichy

La « détoxication » à Vichy : retour sur plus de 300 ans d'histoire

La modification des molécules toxiques en composés moins nocifs se nomme la détoxication. Ce processus métabolique existe depuis la nuit des temps. Découvrons-le.


La sudation, process basique de détoxication, est une méthode utilisée dans les thermes depuis très longtemps. Celle-ci peut avoir lieu grâce aux sources chaudes les alimentant.

Du sudatorium au sauna

L'Antiquité crée les sudatorium. Ces petites pièces, à la température très élevée, accueillaient toutes personnes voulant transpirer. Le sudatorium est en quelque sorte l'ancêtre du hammam actuel caractérisé par son étuve humide. Le Moyen Âge, respectant cette tradition, conçoit les étuves. Celles-ci intègrent très logiquement la médecine thermale. À Vichy, dès le XVIIIe siècle, les étuves avoisinent les bains et douches dans l'arsenal thérapeutique des Bains de Vichy. Jacques-François Chomel, qui a d'ailleurs donné son nom à l'une des sources de Vichy, est le premier médecin qui développe un réel enseignement de la pratique de sudation. Il enracine cette tradition dans l'Antiquité, mais sait également prendre le costume d'ethnographe, en évoquant longuement la pratique des « sueries » chez les Indiens d'Amérique.

Chomel introduit les étuves thermales à Vichy entre la tradition antique et l'exotisme sauvage.

Les établissements thermaux remettent à l'honneur les techniques hydrothérapiques alors en progrès au XIXe siècle. D'ailleurs, en 1893, l'Établissement thermal de Vichy utilise des appareils mis au point par M. C.-A. Berthe. Le principe des anciennes étuves vichyssoises du XVIIIe siècle est alors repris par ses « box vapour baths ». Mais avec le développement technique, ces appareils deviennent plus élaborés et plus techniques. D'habitude térébenthinés, ils agissaient dans le sens de la « désintoxication par sudation », indiquait-on dans les années 60.

Vichy s'inscrit dans une tradition multicentenaire !

Le thermalisme vichyssois s'adresse, de plus en plus et dès les années 70, aux « hyperactifs de la vie contemporaine » et les invite à se détendre, se reposer, se désintoxiquer par le biais de la stimulation et de la revitalisation. Le matériel en usage est alors abandonné, mais le principe est maintenu par la création, en 1965, des saunas. Depuis, on ne cesse de vanter leurs qualités ! « Par leur action détoxiquante, cette pratique répare les dommages physiologiques temporaires causés à l'organisme par la fatigue. »

L'expérience de Vichy en matière de détoxication appartient à ces mille et une pratiques thermales. Ses établissements thermaux ont su les instaurer en complément des grandes orientations classiques du thermalisme vichyssois.

Pascal Chambriard - Conseiller historique de la Compagnie de Vichy

Pascal Chambriard

18 juin 2013

Lettres d'information